[CHRONIQUE LIVRE] LES FIANCES DE L’HIVER // CHRISTELLE DABOS

La Passe-Miroir est une saga qui m’intriguait depuis sa sortie. Je lisais souvent de très bons avis dessus et je dois avouer que la couverture m’attirait également avec cette sorte de château volant qui me faisait penser à un récit de Jules Verne mélangé à l’univers de Miyazaki. J’aurais pu le lire plus tôt puisqu’il est sorti depuis une bonne année maintenant. Mais il me paraissait parfait pour la période hivernale et je le confirme après lecture, il s’accorde totalement à l’ambiance de février et au froid surtout !

 RESUME

Notre monde n’est plus ce qu’il était. La Déchirure a séparé le monde en territoires distincts, en arches suspendus dans les airs. Chaque arche est habitée par des familles dotées de pouvoirs particuliers et elle est commandée par un « esprit de famille », un lointain ancêtre. Ophélie est une jeune animiste, vivant sur l’arche d’Anima qui détient des pouvoirs originaux : elle a la capacité de lire les objets et de pouvoir passer à travers les miroirs pour se déplacer. Jeune fille réservée, sa vie paisible est bouleversée par des fiançailles arrangées avec un homme appartenant à l’arche du Pôle, Thorn. Ophélie doit quitter sa famille, son arche natale et le suivre dans la capitale flottante du Pôle : Citacielle. Elle devra percer les mystères de cette alliance et comprendre les motivations de chacun pour ne pas devenir un simple jouet manipulé par tous.

PENSEES SUR LE LIVRE

Beaucoup de choses sont à tirer de cette histoire. L’auteure y aborde de nombreux thèmes qui rendent le tout extrêmement riche et passionnant à suivrePar exemple, les apparences qui est un sujet très important tout au long du roman. Il constitue même l’un des pouvoirs d’un clan de l’arche de Pôle : les Mirages. L’auteure insiste tout au long de son récit sur la différence entre l’illusion – l’apparence et la réalité. Chaque décor qui peut nous induire dans une idée de luxe, de perfection et de beauté n’est finalement qu’un mirage cachant une réalité moins séduisante mais qui est bien plus tangible. Et cette méfiance qu’il faut avoir envers l’environnement s’étend aux personnages eux-mêmes. Ophélie, l’héroïne, doit se questionner sans cesse sur les motivations de chacun, les objectifs qu’ils cachent et ne veulent révéler. Finalement, l’auteure nous illustre, avec ce récit, un vielle adage connu : « les apparences sont trompeuses » et elle s’évertue à nous le prouver. 

la passe miroir 6

L’indépendance est aussi un sujet majeur du récit. Chaque personnage doit se questionner sur qui tire les ficelles, qui les manipulent, sont-ils libres ou sont-ils de simples jouets et eux-mêmes l’ignorent. Cela apporte énormément de mystère à l’histoire. La confiance est également un thème très largement abordée. La confiance en autrui et également en soi. La question de l’affirmation de soi et de rester fidèle à ce que l’on est malgré les bouleversements et les pertes de repères est au coeur du romanA noter aussi, tout un versant religieux puisque, comme dit dans le résumé, chaque arche est gouvernée par un « esprit de famille » qui se trouve être un vieille ancêtre immortel qui a pratiquement le statut de Dieu vivant. Au tournant d’un chapitre, l’auteure rappelle que d’anciennes religions existaient dans le monde d’avant mais faisait partie du folklore. Cette problématique religieuse va être le dénominateur commun de tous les tomes de la saga. Le roman commence par l’évocation d’un Dieu et d’un livre mystérieux et se clos par cette même évocation. Pour le moment, cette intrigue reste embryonnaire mais elle promet un développement passionnant à lire, j’en suis certaine !

LES PERSONNAGES

Ophélie

Une héroïne qui se démarque par son calme et son introversion. Dans les livres jeunesses que j’ai pu lire jusqu’à maintenant, je rencontre souvent des personnages féminins qui ont le sens de la repartie avec un certaine assurance et une extraversion. Ophélie m’a plu car elle est aux antipodes de ce portrait. Elle est réservée, avec une apparence de calme même si cela ne l’empêche pas de « bouillir à l’intérieur ». C’est une jeune fille introvertie et forte de caractère qui a ses opinions, les deux ensemble assemblés m’ont plu. Elle cherche sans cesse à s’émanciper, à se construire sa propre opinion même si le chemin qu’elle emprunte pour se faire est dangereux. On sent également qu’elle est en quête de sa propre identité, de sa place et j’ai suivi son cheminement avec beaucoup d’affection et de bienveillance pour elle.

Thorn

C’est le genre de personnage que j’aime par excellence. J’étais déjà acquise à sa cause dès son entrée dans l’histoire. Throrn est un personnage masculin difficile à cerner. Le lecteur a du mal à percer ses véritables intentions et, même ses sentiments. L’une des choses que j’ai le plus apprécié dans la construction de ce personnage, c’est toutes les petites manies et les objets qui l’entoure. Dès qu’il apparaît, je visualise immédiatement la montre quil ne cesse de tripoter, son air pressé et toujours ailleurs. Certainement l’un de mes personnages favoris de ce livre, j’attendais ces apparitions avec impatience.

Berenild

La tante de Thorm est là encore un personnage haut-en-couleur. Avec elle aussi, on ne sait jamais sur quel pied danser et c’est ce qui fait son charme. Pour le coup, c’est le personnage extraverti du récit qui fait contrepoids avec la personnalité plus discrète d’Ophélie. Elle éveille à la fois l’affection et la méfiance. Un personnage que je suis curieuse de voir son évolution dans le prochain tome.

la passe miroir 3

Roseline

La tante et chaperonne d’Ophélie. Je l’ai trouvé adorable de bout en bout. Ronchon ce qui est synonyme d’attachant chez moi ! Elle apporte une touche d’humour (ce qui était prévisible puisque c’est souvent la tâche de ce genre de personnage).

Archibald

Le très séduisant ambassadeur et peut être le personnage auquel j’ai un peu moins accroché car plutôt prévisible dans son ensemble.

L’INTRIGUE

Un tome introductif qui met en place une intrigue principale qui va être le fil conducteur de la saga. On sent aisément le thème qui sera religieux (en passant, je n’ai pas résisté à comparer ces prémices d’intrigue avec la saga de Pullman, A la croisée des mondes). Pour compléter, l’auteure nous présente l’ensemble de ses personnages et les enjeux qui les lient.

la passe miroir 5

Les retournements de situation sont très bien amenés et gérés. J’étais admirative du rythme que Christelle Dabos arrivait à tenir sans aucune fausse note. C’est un livre qui happe l’attention et qui est passionnant à lire. L’évolution de l’histoire est très efficace et bien menée. Surtout l’évolution de chaque personnage qui s’étoffe plus on avance dans le roman. Enfin, dans ce bouquin, les intrigues familiales sont au cœur du récit ce qui n’était pas pour me déplaire.

MON AVIS PERSONNEL

Vous l’aurez compris, ce roman a été une très belle lecture. J’ai totalement été importée par l’univers de Christelle Dabos, par ses personnages et à sa manière de structurer son récit. Ce livre contient un univers d’une créativité qui m’a agréablement surprise et qui m’a emporté. Une superbe histoire et je n’ai pas eu la force de résister à lire le deuxième tome, Les Disparus de Clairedelune, à la suite dont l’avis arrivera très bientôt.

Et vous ? L’avez-vous lu ? Est-ce que cela vous donne envie de tenter l’aventure ? Dites moi tout !

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s