[CHRONIQUE LIVRE] FRANKENSTEIN // MARY W SHELLEY

Résumé 

Victor Frankenstein ! C’est l’inventeur, le savant maudit ! A quinze ans, il est témoin d’un violent orage foudre, traînée de feu, destruction d’un chêne… Son destin est tracé. Après des années de labeur, il apprend à maîtriser les éléments ; l’alchimie est pour lui une seconde nature.

Bientôt il détient le pouvoir de conférer la vie à la matière inerte. Nuit terrible qui voit la naissance de l’horrible créature faite d’un assemblage de cadavres ! L’oeuvre de Frankenstein. Un monstre ! Repoussant, inachevé mais doté, d’une force surhumaine et conscient de sa solitude. Échappé des ténèbres, il va, dans sa détresse, semer autour de lui crimes et désolation. D’esclave qu’il aurait dû être, il devient alors le maître, harcelant son créateur. Il lui faut une compagne semblable à lui… Pour Frankenstein, l’enfer est à venir…

Mon Avis 

Un livre que je ne regrette pas du tout d’avoir commencé ! Ce roman fut une très bonne lecture, je ne peux que la conseiller. Déjà par l’écriture qui est admirable.Mary W.Shelley a un style magnifique et développe son histoire avec un talent indéniable ce qui fait qu’on est happé par l’intrigue.

Ensuite, les thèmes. Frankenstein est un roman impressionnant. Ecrit en 1818, il fait preuve d’une modernité étonnante. Quand on pense que l’auteure était une femme qu’à cette époque les femmes écrivaines étaient assez peu reconnues. Qu’en plus ce roman aborde comme sujet la science et le progrès technique deux domaines où les femmes étaient encore bien moins acceptées. On ressort de cette lecture encore plus admiratif. Je vais développer les points qui m’ont le plus convaincu :

Sa Structure 

La structure du roman est très intéressante puisque l’auteure commence son roman par une correspondance. Au début, je pensais que toute l’histoire serait contée ainsi : en style épistolaire. Cependant, cette première partie passée, on entre dans une narration à la première personne. On se sent immédiatement très proche du personnage principal Victor Frankenstein (dont on découvre le nom assez tard dans le livre ce qui augmente le mystère qui entoure ce personnage !). Puis, pour pouvoir aussi connaître les autres personnages d’une manière plus approfondie l’auteure se sert, là encore, de leurs correspondances. Une grande partie du récit est consacré au « monstre » crée par Frankenstein. Ici aussi, l’auteur fait preuve d’une grande dextérité puisque nous découvrons les premiers pas dans la vie de ce personnage grâce à Frankenstein qui nous rapporte dans un style direct et objectif toutes les paroles de sa créature. Bien sur, nous avons aussi l’avis personnel de Frankenstein sur son démon. Mais l’intérêt réside aussi dans le fait qu’on laisse le lecteur se faire sa propre opinion sur cette créature. Puis, le livre se termine comme il avait commencé, en roman épistolaire. L’avantage est que l’on nous fait entrer et ressortir de la fiction harmonieusement : on nous prépare à entendre l’histoire puis, à la fin, on nous prépare à revenir dans la réalité.

Bref, tout ça pour dire que la structure de ce roman est intelligemment pensée. Elle est de qualité et entraîne le lecteur dans une histoire passionnante !

Le mythe de Prométhée 

Comme le titre l’indique Mary Shelley a voulu faire une réécriture de ce mythe déjà écrit par Ovide. Le personnage de la créature crée par Frankenstein est plein d’intérêts. Dans le long passage où il décrit le début de sa vie, ce personnage fait preuve d’un amour inconditionnel pour l’Homme. Il y voit la grandeur, un être capable de bonté, de raison… Il se forge dans la lecture de livres : Les Vies de Plutarque (ouvrage composé de plusieurs biographies romancées de personnages historiques antiques comme Cléopâtre, Jules César,Romulus, Alexandre Le Grand et j’en passe !) et du classique de Goethe,  Les souffrances du jeune Werther. Ce dernier qui est dans ma PAL en plus, et le voir ici m’a donné envie de le lire. Mais je m’éloigne ! Ces livres vont l’éduquer, lui donner une vision idéale de l’homme. On voit tout simplement le personnage grandir mentalement devant nous. L’enfance, puis la dureté des événements le feront devenir adulte. J’y ai perçu une sorte de critique de l’éducation : comme ci il faut toujours privilégier l’expérience aux connaissances empiriques.

Le sujet du mythe est aussi présent dans le personnage de Frankenstein lui-même. Dans le roman, ce n’est pas un savant fou, bien au contraire. C’est un scientifique qui ira jusqu’au bout pour apprendre des connaissances interdites (ici, créer un être capable de raison, de respirer et d’autonomie). Frankenstein est un personnage complexe car il n’est pas fou, au contraire il a conscience de tout ce qu’il fait mais il ne prend jamais le temps de peser le pour et le contre. Il ne fait jamais rien à moitié même si cela doit le mener à s’autodétruire. C’est un personnage passionné et qui m’a passionné en passant !

Le Roman Gothique 

On ne peut parler de ce roman sans exposer l’atmosphère particulière qu’il a ! Frankenstein c’est la quintessence du roman gothique. Cependant, là où la plupart des contemporains de l’auteure choisissaient d’intégrer des éléments merveilleux au récit, Shelley conserve toujours un réalisme perturbant. L’écrivaine développe un récit qui se veut plausible. Il n’y a jamais de magie ou d’intervention miraculeuse, le texte est ancré dans une réalité probante. Et ça en devient presque dérangeant.

Pour Conclure

Un roman que j’ai adoré. D’une qualité et d’une profondeur incroyable je suis totalement tombée sous le charme ^^

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s