[CHRONIQUE LIVRE] LA VIE DEVANT SOI // ROMAIN GARY

Résumé

Histoire d’amour d’un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que « ça ne pardonne pas » et parce qu’il n’est « pas nécessaire d’avoir des raisons pour avoir peur ».

Le petit garçon l’aidera à se cacher dans son « trou juif », elle n’ira pas mourir à l’hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré « des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui n’est pas respecté par l’Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu’à ce qu’elle meure et même au-delà de la mort.

Mon Avis

 Ce livre marque ma première rencontre avec cet auteur dont j’entend toujours énormément de bien : Romain Gary. Depuis le temps que je voulais le découvrir, c’est maintenant chose faite et j’en suis ravie. Car oui, je pense que celui-ci est mon premier livre qui symbolise le début d’une belle histoire entre Gary et moi puisque j’espère pouvoir lire bien d’autres romans de cet écrivain atypique.

La Vie devant soi est un roman qui a certainement pour spécificité son écriture. L’auteur développe un style que je n’avais jamais lu auparavant. Et je vais vous expliquer rapidement en quoi ce style est original. Le personnage principal Momo est (comme l’indique le synopsis) un enfant qui n’a pas été à l’école. Il possède sa propre définition des mots. Le tour de force de l’auteur c’est qu’on arrive à comprendre sans aucune difficulté ce que veut dire Momo. C’est un langage à la fois populaire tout en étant riche au niveau du vocabulaire et ça ne tombe jamais véritablement dans le vulgaire malgré tout. Romain Gary crée une voix propre à Momo, aucun personnage d’aucun roman ne s’exprime comme lui le rendant original et exceptionnel.

Dans ce roman, il y a le thème des cultures, des origines. Momo vit à Belleville coin de Paris très cosmopolite. Momo côtoie autant des arabes, que des africains ou encore des juifs. Romain Gary arrive à transmettre une universalité. Il montre qu’au-delà des origines c’est avant tout l’humain qui prédomine. Et il le fait de manière claire et percutante en employant sans cesse les origines de chacun « l’arabe » « la juive ». Dans le contenu de ses phrases puisque Romain Gary énumère avec délectation les préjugés des uns contre les autres. Ce qui est assez incroyable c’est qu’en faisant ainsi il n’est à aucun moment raciste (alors que l’on pourrait retrouver certains de ses propos dans la bouche de personne voulant critiquer d’autres cultures). Il démontre justement toute l’absurdité de ces propos en illustrant, avec les relations qu’entretiennent chacun des personnages de son roman, à quel point l’affection qu’ils se portent les uns aux autres dépasse largement les origines ou les cultures. Un peu comme pour dire : les actes sont bien plus forts que les paroles.

Bonne transition pour vous parler, justement, des personnages qui composent ce roman. Il faut comprendre que dans cette histoire il n’y a pas de méchants, ni de gentils, il n’y a que des êtres humains. Avec leurs bon côtés et leurs mauvais. Ce qui fait que l’on s’attache à chacun d’eux malgré leurs erreur, leur faiblesse et leur cupidité. Je ne veux pas trop vous en dire car je pense que ça vous massacrera la lecture. La seule chose que je désire ajouter c’est la très bonne dynamique entre les personnages. Ils sont tous liés d’une façon ou d’une autre et ça donne encore plus d’intérêt à l’histoire.

Je vais finir avec deux points 1) le choix de la narration : c’est Momo qui nous parle tout au long du livre. C’est un personnage, bien entendu, très attachant. C’est dur de ne pas ressentir d’empathie pour lui. Le choix de la première personne du singulier est excellent car nous sommes tout au long du récit dans la tête du personnage. On arrive à comprendre chacun des sentiments qui l’animent et les choix qu’il fait. 2) L’auteur aborde aussi le sujet de l’euthanasie et je trouve qu’il le fait plutôt bien donc si ce genre de débat vous intéresse, il peut être intéressant de lire ce bouquin (même si c’est surtout traité vers la fin du livre ^^)

Pour Conclure

Je pourrais encore vous parler longtemps de ce roman qui m’a particulièrement touché… Mais je pense avoir dit l’essentiel. C’est donc une très belle surprise, un livre original et beau que je relirais certainement !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s